Les antidiabétiques

L’hyperglycémie est dangereuse pour elle même à court terme (polyurie, cétose, toxicité directe pour le néphron et les artérioles), mais aussi à long terme en provoquant des lésions micro-angiopathiques et favorisant les lésions d’athérosclérose qui réduisent la durée de vie des patients
Le diabète de type 2 provoque des complications microvasculaires (rétinopathie, néphropathie et neuropathie) et macrovasculaires (infarctus du myocarde, artérite et accident vasculaire cérébral). L’objectif du traitement du patient atteint d’un diabète de type 2 est de réduire la morbi-mortalité, par l’intermédiaire notamment d’un contrôle glycémique correct. Les approches pharmacologiques du traitement du diabète de type 2 viennent en complément des mesures hygiénodiététiques et ont pour but:
de pallier la carence insulinique par apport d’insuline exogène actuellement uniquement par voie parentérale
de favoriser l’utilisation de l’insuline endogène en cas de carence relative, soit au travers d’une augmentation de la sécrétion endogène (sulfamides hypoglycémiants, « glinides »), soit au travers d’une augmentation de l’utilisation périphérique du glucose (biguanides)
de limiter la quantité de glucose absorbé (inhibiteurs de l’alpha-glucosidase)
d’augmenter l’excrétion urinaire de glucose (inhibiteurs de SGLT2)
Les antidiabétiques oraux
BIGUANIDES

  • Augmentation de l’utilisation périphérique du glucose
  • Diminution de la production hépatique et de l’absorption du glucose
  • Ex: METFORMINE Glucophage®
SULFAMIDES HYPOGLYCEMIANTS

  • Stimulation de la sécrétion d’insuline par les cellules Bêta du pancréas
  • Ex: GLIMEPERIDE Amarel®
  • Ex: GLICLAZIDE Diamicron®
GLINIDES

  • Action similaire aux sulfamides mais plus rapide permettant de contrôler l’hyperglycémie post-prandiale
  • Ex: REPAGLINIDE Novonorm®
INHIBITEUR DES ALPHA-GLUCOSIDASES

  • Réduction de l’hyperglycémie post-prandiale par réduction de l’absorption intestinale du glucose
  • Ex: ACARBOSE Glucor®
  • Ex: MIGLITOL Diastabol®
INCRETINO-MIMETIQUES

  • Mime l’action de l’hormone GLP-1 (hormone de satiété) normalement sécrété par l’intestin après un repas. Augmente la sécrétion d’insuline, diminue le glucagon et ralentit la vidange gastrique.
  • Ex: SITAGLIPTINE Januvia®
  • Ex: VILDAGLIPTINE Galvus®
  • Ex: LIRAGLUTIDE Victoza®
INHIBITEURS DES SGLT2 (sodium/glucose cotransporteur 2)

  • Ils réduisent la glycémie à jeun et postprandiale en réduisant la réabsorption rénale du glucose et en favorisant ainsi son excrétion urinaire. Ils entrainent donc une glycosurie qui constitue donc une perte énergétique et aboutit in fine à une perte de poids.
  • Ex: Dapagliflozine
  • Ex: Canagliflozine
  • Ex: Empagliflozine