Lecture d’un ECG

LECTURE EN 8 ETAPES (la première capture résume les trois premières) proposée par le docteur SYNAPSE et les acronymes utilisés.

  • D.A.G = Déviation Axiale Gauche
  • H.V.G = Hypertrophie Ventriculaire Gauche
  • H.B.P.G = Hémi Bloc Postérieur Gauche
  • H.V.Dt = Hypertrophie Ventriculaire Droite

Sur l’électrocardiogramme, les dérivations cardiaques sont l’enregistrement de la différence de potentiel électrique entre deux points, que ce soit entre deux électrodes (dérivation bipolaire) ou entre un point virtuel et une électrode (dérivation unipolaire). Selon le plan électrique du cœur qu’elles enregistrent, nous nous retrouvons avec les dérivations frontales ou standard (plan frontal) et les dérivations précordiales (plan horizontal):

  • Les dérivations frontales ou standard sont obtenues à partir des électrodes placées aux extrémités du corps.
    • Les dérivations bipolaires standard D1 ou I: différence de potentiel entre le bras droit et le bras gauche. Son vecteur pointe à 0°
    • Les dérivations bipolaires standard D2 ou II: différence de potentiel entre le bras droit et la jambe gauche. Son vecteur pointe à 60°
    • Les dérivations bipolaires standard D3 ou III: différence de potentiel entre le bras gauche et la jambe gauche. Son vecteur pointe à 120°. A noter que les 3 dérivations bipolaires constituent le triangle d’Einthoven avec comme corollaire mathématique D2= D1 + D3, élément permettant de savoir si l’ECG a bien été réalisé.
    • Les dérivations unipolaires augmentées aVR: Potentiel absolu du bras droit. Son vecteur pointe à -150°.
    • Les dérivations unipolaires augmentées aVL : Potentiel absolu du bras gauche. Son vecteur pointe à -30°.
    • Les dérivations unipolaires augmentées aVF : Potentiel absolu de la jambe gauche. Son vecteur pointe à 90°.
  • Les dérivations précordiales ou dérivations sur le plan horizontal sont notamment utilisées pour identifier des altérations du ventricule gauche, surtout des parois antérieures et postérieures. Sur ses dérivations les comples QRS sont en majeure partie négatifs sur V1 et V2 et en majeure partie positifs de V4 à V6.
    • V1 : cette dérivation de l’électrocardiogramme enregistre les potentiels des oreillettes par le septum et la paroi antérieure du ventricule droit.
    • V2 : l’électrode de cette dérivation précordiale se situe au-dessus de la paroi ventriculaire droite.
    • V3 : dérivation transitionnelle entre les potentiels gauches et droits de l’ECG due à la présence de l’électrode sur le septum interventriculaire. L’onde R et l’onde S sont généralement presque égales (complexe QRS isodiphasique)
    • V4 : l’électrode de cette dérivation est posée sur la terminaison du ventricule gauche, où son épaisseur est plus grande
    • V5 et V6: ces dérivations de l’électrocardiogramme sont situées sur le myocarde du ventricule gauche, dont l’épaisseur est inférieure à celui de V4. C’est pourquoi l’onde R est plus petite qu’en V4, même si elle reste toujours haute
Le double triaxe de Bailey est utilisé pour représenter graphiquement l’axe électrique moyen

  • L’axe électrique moyen du complexe QRS se situe normalement entre -30° et 90° (certains auteurs vont utiliser 0° et 100°)
  • Une valeur au-delà de -30° représente une déviation axiale gauche
  • Une valeur au-delà de 90° représente une déviation axiale droite
  • Exemple de calcul:
    • Rechercher dans les dérivations celle qui présente un complexe QRS ayant un aspect isodiphasique. Il s’agit d’un complexe QRS formé d’une onde positive (R) et d’une onde négative (S) d’amplitudes à peu près égales, soit R≈S.
    • L’axe électrique moyen du complexe QRS a une direction perpendiculaire à cette dérivation, ce qui veut dire qu’il y a deux positions possible
    • Chacune de ces deux positions va correspondre exactement ou à peu près à une dérivation périphérique. La dérivation qui présente la plus grande amplitude positive (plus grande onde R) indique la direction de l’axe électrique moyen du complexe QRS.
  • Un axe anormal est un signe d’anomalie de forme ou d’épaisseur d’une cavité cardiaque (surcharge ventriculaire ou hypertrophie ventriculaire), de perturbations dans la séquence d’activation des ventricules (hémiblocs ou bloc de branche) et/ou de dommages cellulaires (séquelles d’infarctus)
  • Pour déterminer l’axe électrique du coeur il faut s’intéresser à la dérivation D1 et à la dérivation aVF. Dans un premier temps, sur le relevé de l’ECG, on va mesurer l’amplitude nette du complexe QRS en D1 en mesurant la somme algébrique des déflexions positives et négatives dans la dérivation D1. Par la suite on fait de même avec la dérivation aVF. Lorsque l’onde R et l’onde S sont quasiment égales, on parle d’un complexe RS isodiphasique. Ne reste plus alors qu’à reporter les valeurs (somme vectorielle) sur la triade de Bailey.

  • ACFA: Artymie complète par fibrillation auriculaire
  • BACFA: Brady-arythmie par fibrillation auriculaire
  • BAV: Bloc Auriculo-ventriculaire
  • BAV I: Bloc Auriculo-ventriculaire du premier degré
  • BAV II: Bloc Auriculo-ventriculaire du second degré
  • BAV III: Bloc Auriculo-ventriculaire du troisième degré
  • BBD: Bloc de branche droit
  • BBG: Bloc de branche gauche
  • DAVD: Dysplasie arythmogène du ventricule droit
  • ES: Extra-systole
  • ESA: Extra-systole auriculaire
  • ESSV: Extra-systole supra-ventriculaire
  • ESV: Extra-systole ventriculaire
  • FA: Fibrillation auriculaire
  • HBAG: Hémibloc antérieur gauche
  • HBPG: Hémibloc postérieur gauche
  • RSR: Rythme sinusal régulier
  • TA: Tachycardie atriale
  • TACFA: Tachy-arythmie complète par fibrillation auriculaire
  • TSV: Tachycardie supra-ventriculaire
  • WPW: Syndrome de Wolff-Parkinson-White

Télécharger le poster (partie 1) des troubles du rythme proposé par le site anandic.com

Télécharger le poster (partie 2) des troubles du rythme proposé par le site anandic.com