ANKI et la répétition espacée

Durant ma formation infirmier, l’apprentissage par coeur a montré ses limites. Assurément, juste après les partiels, la quasi-totalité des informations retenues ne sont pas remobilisables. J’ai continué cahin-caha durant la formation, ne cherchant pas d’autre méthodes d’apprentissage. Apprendre au dernier moment… définitivement pas la bonne solution. Je l’avoue, j’ai procrastiné pendant plusieurs années. 

J’ai décidé de procéder autrement. Pour cela j’ai visionné plusieurs cours sur Udemy, lu plusieurs livres (comme « Boostez votre mémoire » de Jean-Yves Ponce) pour en arriver au constat suivant: la mémoire est un outil surpuissant, illimité, que chacun peut améliorer à bon escient. Je ferai l’impasse sur l’aspect purement des neurosciences, j’ai arrêté de chercher à comprendre le fonctionnement au niveau cellulaire, trop chronophage. Bref, chacun de nous est en mesure de retenir des quantités importantes d’information, encore faut-il bien s’entraîner et solliciter notre mémoire quotidiennement. 

L’art de la mémoire repose sur des techniques de mémorisation comme les associations mentales, les associations en chaîne, les palais de la mémoire ou encore le système chiffré. L’important est d’utiliser son imagination pour créer des environnements propices à l’engrammation pérenne et puis une des étapes importantes repose sur les répétitions espacées. C’est dans cette optique que je vais vous parler du logiciel ANKI qui signifie mémoriser en japonais.

La répétition espacée est une technique de mémorisation et d’apprentissage qui consiste à se faire interroger d’autant moins souvent que l’on maîtrise l’information à mémoriser. Cette technique repose sur la courbe de l’oubli en faisant varier l’intervalle des rappels de l’information mémorisée en fonction du degré de facilité/difficulté à récupérer l’information. En complément il est primordial d’effectuer des rappels, sept semblant être le plus approprié (J+ 1h – J+1 – J+2 – J+4 – J+7 – J+15 – J+30) et on vérifie ses acquis par écrit.

L’utilisation de ANKI est simple d’utilisation mais la création des fiches d’apprentissage ou paquets peut s’avérer assez longue. Le principe est de créer une fiche avec la question posée en recto et en verso la réponse s’y rapportant en sachant que l’on peut compléter les explications en ajoutant des images ou du son par exemple. De plus on définit le degré de « facilité » de réponse à la question pour que les questions qui posent problèmes apparaissent plus souvent. J’ai commencé à mettre en place des fiches pour l’anglais, l’histoire, et autres lectures en tout genre. Cela s’est avéré fastidieux de tout créer, heureusement il est possible d’importer des fichiers CSV. De plus des plug-ins / greffons existent et améliorent l’ergonomie du logicel. Voici les quatre piliers sur lesquels s’appuyer pour améliorer sa capacité à retenir des informations:

  • MOTIVATION
  • COMPREHENSION
  • MEMORISATION
  • ANCRAGE

Interface du logiciel ANKI